free web stats

damoc.info



Saisissez le numéro de téléphone à identifier

Postez votre commentaire sur le 0679964816



Résultat de 16-8 =


0679964816 Voir les coordonnées

Nom : *******
Prénom : *******

Nom et adresse de l'abonné

Ce numéro a d'autres formats : 06-79-96-48-16, 06 79 96 48 16, 06.79.96.48.16, 0033 6 79 96 48 16, (067)9964816, (0679)964816, 0679-964816, 0679964816, 0033679964816



six cent soixante-dix-neuf neuf cent soixante-quatre huit cent seize
six cent soixante-dix-neuf millions neuf cent soixante-quatre mille huit cent seize
six sept neuf neuf six quatre huit un six
soixante-sept quatre-vingt-dix-neuf soixante-quatre quatre-vingts et un six

0657161776060911336606049194920674822435064253988506661371540606635424065835303506458586570636752438067104288806979020290676454890063661004406681866500655844313069328371706171217000660104693063273534406707661590689591780068105372706959869990677023493060532983006853132050676777535060862356606903202650656252017066717695906853026710683216269


Rue du Pont Perronet bouillard Maiorga DRUBEC 14130 0679964816 NXTO France

0679964816

203.108.92.48
99.2.1.29
89.86.23.205
169.162.89.89
14.11.9.36

Rue du Pont Perronet
bouillard
Maiorga
DRUBEC 14130
0679964816
NXTO France

0679964817 0679964818 0679964819 0679964820 0679964821 0679964822 0679964823 0679964824 0679964825 0679964826 0679964827 0679964828 0679964829 0679964830 0679964831 0679964832 0679964833 0679964834 0679964835 0679964836 0679964837 0679964838 0679964839 0679964840 0679964841 0679964842 0679964843 0679964844 0679964845 0679964846 0679964847

0679964815 0679964814 0679964813 0679964812 0679964811 0679964810 0679964809 0679964808 0679964807 0679964806 0679964805 0679964804 0679964803 0679964802 0679964801 0679964800 0679964799 0679964798 0679964797 0679964796 0679964795 0679964794 0679964793 0679964792 0679964791 0679964790 0679964789 0679964788 0679964787 0679964786 0679964785

Suivant 0679964817
Précedent 0679964815

679964816
06-79-96-48-16
06 79 96 48 16
06.79.96.48.16
0033 6 79 96 48 16
(067)9964816
(0679)964816
0679-964816
0679964816
0033679964816
+33679964816
tel:+33679964816
tel:0033679964816
679964816
0679964816
NXTO France
DRUBEC 14130


067996256006799675150679969185067996997906799661050679964116067996715506799682300679967914067996430406799658940679968644067996840206799651830679962481067996722406799614860679967902067996707506799662050679966072067996266506799615680679967928067996315106799616480679966243067996458006799665380679962943067996412206799605140679967668067996206906799621270679966082067996611806799615260679966587067996091706799668580679968281067996408006799616380679968579067996196706799644550679964720067996589406799617550679968369

0679964816

Allemagne : ce que l'on sait des attentats qui ont fait neuf morts à Hanau
L'auteur présumé des deux attaques a été retrouvé mort à son domicile, quelques heures après avoir tué neuf personnes dans deux bars à chicha de Hanau, a annoncé la police.

DIRECT. Attentats en Allemagne : le parquet antiterroriste allemand se saisit de l'enquête sur les attaques qui ont fait neuf morts dans deux bars à chicha
L'auteur présumé de la double fusillade a été retrouvé mort à son domicile, a annoncé jeudi la police allemande. Un second cadavre a été retrouvé chez lui, à Hanau, a-t-elle précisé.

Allemagne : neuf personnes tuées dans deux fusillades visant des bars à chicha, le tireur présumé retrouvé mort à son domicile
La police s'est lancée dans une opération de grande ampleur avant de retrouver le suspect à son domicile. Ce dernier, ainsi qu'une autre personne, était mort. 

Coronavirus : les prochains rapatriés de Chine hébergés dans un centre de vacances en Normandie, près de Cabourg
Alors que les premiers groupes rapatriés ont été accueillis dans le sud de la France, les ressortissants français de Chine évacués ce vendredi 21 février des provinces les plus touchées seront mis en quarantaine dans le Calvados. Un village vacances de Branville, près de Cabourg, a été choisi. 

Jean Daniel, journaliste et fondateur du "Nouvel Observateur", est mort à l'âge de 99 ans
Fondateur du titre en 1964, directeur de la publication jusqu’en 2008, il était toujours éditorialiste pour l'hebdomadaire. 

VIDEO. Quelle vie après la fermeture de la centrale de Fessenheim ?
Samedi 22 février, après des années de tergiversation, le démantèlement de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) va s'enclencher. Les élus locaux et commerçants s'inquiètent des risques pour l'emploi.

"Le bilan carbone de la France ne se joue pas ici" : la station de ski de Superbagnères dépassée par la polémique de la neige livrée par hélicoptère
L'héliportage de neige pour entretenir deux téléskis de la station de Superbagnères a déclenché un tollé national et entrainé la convocation, jeudi 20 février, du président du département au ministère de la Transition écologique et solidaire. Franceinfo s'est rendu sur place pour interroger commerçants et vacanciers.

Coeurs amoureux, coeurs brisés, coeurs rouges ou noirs : le musée de la Vie romantique écoute battre le coeur dans l'art contemporain
Le coeur et l'art contemporain est au centre d'une exposition au musée de la Vie romantique. Nous avons sélectionnée sept oeuvres marquantes.

Transition, exceptions, financement… Où en sont les discussions sur la réforme des retraites, en dehors des débats à l'Assemblée ?
Plusieurs discussions se déroulent en parallèle autour de la réforme des retraites, alors qu'elle est discutée à l'Assemblée. Passage en revue.

Syrie : "C'est une catastrophe humanitaire jamais vue depuis la Deuxième Guerre mondiale", s'indigne un médecin
Les hôpitaux sont bombardés, "on a vu des enfants morts de froid et de faim"... Médecin anesthésiste réanimateur Ziad Alissa décrit une situation "catastrophique".

"Que font les services vétérinaires ?" L214 dénonce des "défaillances" de l'État après une enquête sur un abattoir en Dordogne
L'association de défense animale L214 dévoile une nouvelle enquête sur un abattoir industriel de veaux situé en Dordogne où les animaux sont tués sans étourdissement, dit-elle. "Des réflexes musculaires ou des spasmes post-mortem", répond la préfecture.